mercredi 30 décembre 2015

En route pour Lenzerheide

J’ai mis le dossard dimanche pour le Samse National Tour, organisé par le Ski Club de Bois d’Amont, et qui a du s’expatrier à quelques kilomètres, sur le stade des Tuffes. Et j’étais bien contente, malgré les conditions climatiques, de pouvoir disputer une course.

Photographie Philippe Tichit

Bien que l’ambiance printanière ne soit pas de saison, cela m’a fait plaisir de retrouver tout le monde, à quelques jours du départ du Tour de Ski. Dans la perspective de cet événement, ces courses m’ont permis de faire deux jours d’intensités et surtout de skier sur de la vraie neige. Il faut dire que pour l’occasion, la piste de Prémanon avait été bien préparée. Le parcours, une bouche de 2,5 kilomètres, était intéressant et varié. Je gagne dimanche (le 10 kilomètre skate) et me classe deuxième du sprint hier, lundi.

Tous les voyants sont donc au vert, en vue du 10e Tour de Ski qui s’élancera le 1er janvier à Lenzerheide, en Suisse. Je suis heureuse de retrouver cette épreuve malgré les conditions météo compliquées qui obligent les organisateurs à modifier les épreuves et leurs formats. Nous pourrons néanmoins, avec huit étapes en dix jours, parcourir une partie des Alpes, en Suisse, en Allemagne, et terminer en Italie par la montée de Val di Fieme.

Après une trêve de quelques jours pour fêter noël avec ma famille, je célébrerai donc la nouvelle année avec ma deuxième famille, celle du ski, à Lenzerheide, à 1473 mètres.

A très bientôt, bonne fin d’année, Anouk
 

mercredi 23 décembre 2015

Rêves de neige, rêves blancs


 
Voici un tiers de la saison écoulée… l’occasion d’un premier bilan (et d’un dernier message sur ce blog pour 2016).

J’enchaine des week-ends de course. Mais ce début d’hiver, pour la deuxième année consécutive, je suis toujours à la recherche de la moindre tache de neige pour m'entrainer. Si j’ai pu effectuer ma meilleure semaine d’entrainement dans la forêt du Massacre entre les courses Fis de Beitostoelen (mi novembre) et la première étape de la Coupe du Monde à Lillehammer (début décembre), j’ai pu skier tout près de chez moi, au Larmont, avant de m’exiler au fil des semaines de plus en plus loin, au Près Poncet, à Chapelle-des-Bois et demain.… je ne sais pas encore où !
Heureusement, le samedi 12 décembre au Bourget, un accord universel sur le climat, « un accord différencié, juste, durable, dynamique, équilibré et juridiquement contraignant » (je cite le président de la COP21), a été adopté par consensus par les 195 Etats participant à la conférence. Et cet accord prévoit notamment de contenir le réchauffement « bien en dessous de 2 °C par rapport aux niveaux préindustriels » et de « poursuivre les efforts pour limiter la hausse des températures à 1,5 °C » (je cite encore). Me voici donc rassurée pour les saisons à venir…


Ma rentrée sur le circuit mondial, le 5 décembre à Lillehammer, ne fut pas des plus simples. Ma 42ème place sur le skiathlon ne pouvait me satisfaire, tout en présageant de meilleures choses pour la suite, sur des formats de courses que je cible d’avantage. A Davos, le 12 décembre, mes sensations étaient bonnes sur le 15 kilomètres skate, j’étais satisfaite de ma forme et de mes skis. Bien sûr, pas mal de temps me sépare de Therese, mais un peu moins (une minute) du top 10. Comme l’an dernier, j’ai amorcé une montée en puissance qui, je l’espère, va se poursuivre.

A Davos, j’ai aussi eu la chance d’assister au podium (habituel sur cette piste qui nous plait tant) de mon conscrit Maurice. Et, en écourtant ma meilleure séance classique de la saison, j’ai également pu voir Baptiste sur le podium du sprint à son tour. Bravo messieurs !

La suite s’est déroulée le week-end denier dans le Tyrol autrichien, étape habituelle de la Coupe d’Europe (Coupe OPA). Ce fut pour moi un week-end complet, avec (le vendredi) une première place à la qualif du sprint (c’est suffisamment rare pour le souligner !) puis une quatrième place après les phases finales, (le samedi) une troisième place sur le 10 kilomètres libre, et (le dimanche, enfin) une victoire sur le 10 kilomètres classique. Même si j’espérais mieux le samedi en skate, mon format de prédilection, je retiens ma victoire en style classique devant Katerina Smutna, une spécialiste du genre. Et, de manière générale, je suis satisfaite d’avoir été régulière, sur trois jours, dans trois formats de courses différents.


Sur une course à étapes, cette polyvalence pourrait m’être utile. .. ;-)

Tout de bon pour cette fin d’année, bonnes fêtes à vous tous,

A*

Qui saura me dire de quel auteur sont les dessins qui illustrent mon message ?

jeudi 19 novembre 2015

A l'heure où blanchit la campagne



Nous avons pu disputer le week-end dernier, à Beitostoelen, les deux premières courses de la saison, un 7, 5 km classique le vendredi et un 7, 5 km skate le samedi. Une fois encore, les norvégiennes sont bien en forme. Du coup, elles n’ont pas laissé beaucoup de place pour les autres.

Ces courses FIS faisaient partie de ma préparation. Je suis ne pas contente des résultats, mais pas déçue non plus. En classique, le samedi, les appuis furent difficiles. En skate, le dimanche, avec neige tombante, la course à été lente. Je fais une première partie de course bonne, avant d'exploser en plein vol...

Il me reste encore quelques précieuses semaines d’entrainement pour monter ma forme avant ma première coupe du Monde de la saison, un skiathlon, qui se disputera le 5 décembre prochain à Lillehammer. Cette semaine, comme la neige naturelle n’est pas encore là, je profite de Prémanon, et du travail réalisé pour aménager une piste enneigée, pour conserver mon ski (et ne pas rechausser les skis à roulettes).

Samedi matin, en proposant d’observer une minute de silence avant le départ de la course, nos amis Norvégiens ont tenu à partager notre peine, suite aux attentats qui ont frappé Paris et Saint-Denis vendredi soir. Dimanche matin, sur mes skis, je ne pouvais enlever de ma tête les images des victimes. Que faire face à la terreur et l’ignorance qui ont frappé la capitale de mon pays ? Si loin, si proche,  triste, impuissante, j’ai skié dans la blancheur et le silence de la nature norvégienne, en pensant aux victimes et leurs proches.







lundi 9 novembre 2015

Snowfarming in Norway

La semaine dernière fut mouvementée... notre sport s'apparente, à cette période de l'année, à une course contre les saisons pour trouver la neige !

Nous sommes arrivés à Beitostølen, en Norvège, ce début de semaine avec l'équipe de France. Nous n'avons pu skier que deux jours là-bas. Et c'est tout ce petit monde qui a déménagé jeudi. Ce petit monde, ce sont : 16 athlètes, 3 entraineurs, 7 techniciens, 2 kinés, 1 cuisinier, quelques paires de ski (22 par athlètes), des provisions de nourritures et un camion de fartage. Nous nous sommes installés plus au nord, dans un petit village qui nous a déroulé le tapis blanc.
Nous avons trouvé à Dombås un peu de neige sur un ruban. Nous skions sur une boucle de 1,4 kilomètres (soit 5 minutes au tour), de quoi nous amuser un peu, nous occuper quelques temps, mais surtout nous entrainer un maximum !


La piste vue du ciel, photo Paul Goalabre
 Nous profitons donc des joies du Snowfarming (il faut comprendre par là la culture de la neige). Alors voici la recette du Snowfarming :
- prenez des canons à neige et faites les cracher un hiver entier
- recouvrer le tout au printemps d'une large épaisseur de sciure de bois, si possible dans un coin ombragé.
- laissez reposer le temps d'un été et d'un automne
- et enfin, quand les prévisions météo annoncent enfin des températures négatives, étalez la précieuse matière sur le sol froid ou sur une piste de ski à roulette. 
Le tour est joué... jusqu'à la prochaine fonte !

Photo Cyril Burdet
Hier matin une légère poudrée recouvrait les sommets encadrant la vallée de Dombås. De quoi nous mettre dans une ambiance plus hivernale, mais pas encore suffisante pour quitter notre anneau de neige artificielle.

La suite s'annonce du coté de Beitostølen (et oui encore...) pour les premières compétitions de la saison. Là encore grâce au Snowfarming.
Tout serait plus simple si nous faisions de la natation ! Mais, à quelques jours de l'ouverture à Paris de la conférence des nations unies sur les changements climatiques (Cop 21), je tenais à vous faire part de ces observations.
à bientôt,

Anouk

dimanche 11 octobre 2015

Que le temps passe vite...

... Hier encore, nous étions en été...
... Hier encore, je profitais du beau temps de la Méditerranée ...
... Aujourd'hui les feuilles se colorent en rouge et jaune...
... Aujourd'hui la neige commence à saupoudrer les sommets des Alpes...
Je suis aujourd'hui d'humeur poétique et contemplative.

Je suis désolée de ce manque de nouvelles. Mais il y a plusieurs raisons à cela : un peu de flemme, le syndrome de la page blanche, mais surtout une vie bien bien remplie ! 

Alors, en guise de rattrapage, voici un petit résumé de mes activités depuis septembre :

* au début du mois, notre groupe au grand complet, puisque nous avions la chance d'avoir avec nous Léa Damiani du groupe des moins de 23 ans, s'est retrouvé à Oberhof. Ce fut l'occasion pour moi de skier indoor, de rechausser les ski, de tester un peu de matériel et de m'essayer à quelques changements de rythme.

Ski en salle, le soleil est derrière les vitres, photo A. Rousselet
* du 12 au 19 septembre, nous avons ensuite passé une semaine en Corse, destination ensoleillée (et exotique pour nous autres fondeurs), mais pas facile pour autant. En effet nous avons arpenté les routes de cols, les chemins de GR20 et avons même du effectuer quelques plongeons réguliers dans la mer (pour la récupération bien sûr !), pour finir à Bastia avec les Championnats de France de roller ski. Après un un KO sprint et un prologue en plein coeur de la "bastiglia", puis nous avons pris une route de montagne pour la poursuite en skate. Je remporte le titre, suivie de prés par Aurélie et Léa. Et je ne me cherche pas d'excuses... mais, vraiment, il n'y avait pas de wi-fi pour raconter ma vie.

Avec Coraline et Léa, quelque part entre Bastia et Calvi. Photo A. Rousselet
Sprint à Bastia, je ne resterai pas longtemps en tête du sprint. Photo Jean-Claude Royer
Entourée d'Aurélie Dabudyck et de Léa Damiani. Photo Sabine Hury, EMHM

* du 21 septembre au 4 octobre, j'ai réalisé une semaine d'entrainement à la maison, pris quelques jours de repos sur la côte italienne, et c'est reparti pour Paris le 5 octobre, avec la traditionnelle présentation des équipes de France de ski et snowboard.

* Et me voici aujourd'hui en Autriche, à Ramsau, un lieu que j'ai l'habitude de fréquenter depuis quelques années à cette période. En arrivant sur place les conditions n'étaient pas très bonnes avec de la pluie, mais un peu de neige humide tout là haut, et le grand glacier crevassé. Après quelques jours les nuages partent doucement, la piste de ski est moins noire et connait cette année encore une grande affluence.
Bref ce n'est pas le meilleur ski que j'aie connu sur un glacier, mais je m'en contente et suis déjà ravie de glisser plutôt que de rouler.

Plutôt que le glacier entre le noir, le gris des cailloux et le blanc de la neige, voici
une image du soleil qui perce les nuages, comme une promesse de jours meilleurs à Ramsau !
Allez le prochain post ne sera pas dans un mois... si ça peut faire tomber la neige, promis, je m'y remets avec application pour continuer à donner des nouvelles régulièrement la saison qui s'annonce.

Donc à très vite,

Anouk******

lundi 31 août 2015

Août


Après un mois de juillet en hiver dans l’hémisphère sud, j’ai retrouvé la chaleur de l’été à Pontarlier pour un bon mois d’août d’entrainement estival.
J’ai usé la gomme de mes baskets, de mes skis roues et des pneus de mon VTT sur mes parcours favoris. Je me suis entrainée avec l’équipe de France à Corençon, début août, et du côté de La Féclaz, la semaine dernière.

Epilobes du mois d'août
Avec Coraline, nous avons partagé le stage de La Féclaz avec toute l’équipe de France féminine, des plus jeunes (15 ans) aux plus vieilles (la trentaine) ! J’ai ainsi le découvert le beau massif des Bauges que je ne connaissais pas assez, n’ayant effectué que quelques courses là-bas en période hivernale. Le mois d’août s’est donc terminé par des intensités qui furent dures pour moi. Mais, comme l’objectif était de me rentrer dedans, ce fut fait !
Les bilans, résultats et photos ici.

La suite du programme, en septembre, sera encore bien chargée. Nous retrouverons la neige dans le tunnel de Oberhof. Puis pour un peu de décompression… ou en remettre une couche nous irons sous le soleil de la Corse. Les heures de volume de l’été ont été faites, mais avec l’automne qui s’annonce, nous rentrons dans le travail spécifique, autant en intensité que techniquement, sur la neige.

Ma préparation estivale se poursuit donc selon le programme établi, dans un haut Doubs en fête pour saluer le quatrième exploit de Xavier Thévenard – vainqueur de l’Ultra Trail de Mont Blanc 2015 - à Chamonix ce week-end.

A bientôt, Anouk
Alex, moi, Coraline et notre guide Enora
À la Croix de Nivolet avec les groupes jeunes, juniors et seniors
Une après-midi en VTT
le revard

samedi 25 juillet 2015

Summer in Winterland


Hey guys !

Bob Lee Hut, photo : Simi Hamilton
So these are my last days in New Zealand. I haven't see any kiwis or any penguins... but a lot of snowflakes ! I've spent three weeks on the Snowfarm, on the heights of Wanaka, to ski and share time with the US Ski Team.

Now I'm begining to speak english very well. It's for this reason I want to share with you my experience in english.

For a long time I have wanted to train with the US Ski Team. I have known Liz Stephen since my first international races. The women's team is very strong and competitive on the world cup in all disciplines. I wanted to know a new training experience, a new team emulation, and to speak better english, all this in the goal to be stronger for the next season (Finally, I'm not sure that english helps me to be better on the ski tracks this winter, but I'll try it) !

All of these things have happened. The ski conditions were perfect with a lot of sunny days, cold snow for the first week, warmer at the middle, and new snow at the end. So I have skied in a lot of different conditions. It's fun to find a part of winter so far away, especially during this month of July, which has been so hot in France.
It was too the occasion to start intensity work. Usually I ski on the glacier at this period, too high to work the race speed.

I discovered, too, a great team, ready to share their experience. A very good work ambiance and always with a smile and positive attitude. A team who works together (« hand in hand », but maybe it's a french expression!), athletes and coaches, men and women, to give their best ! I've found four girls (Liz, Jessie, Sophie and Ida) to train with me, and to help me to get over myself during the time trial. And I've found three coaches who help me before the camp, to plan my trip to the other side of the world. And during, to give me precious advice for my ski techique, to take care of me and my skis... They just have done like I was a member of their team. I have especially found many friends !!

For my english, maybe it's not perfect, but I begin to understand better, to speak is still difficult, but I'm sure to be on the good way ! It's maybe a new occasion to return with them....
But I could count on them, to speak slow for me to understand, and sure to learn me american expressions, not found on the books ! I dare not say....

I've found a beautiful country, with amazing landscapes, and for sure I will return here just to visit.

Thank you US ski team to open your arms so widely to me. Thank you Alex for making this adventure possible and follow me with the jet lag. Thank you to those who helped me finance this camp. Thank you Snowfarm for the welcome.

I spend two last days just with Noah Hoffman, and Burni, in the Snowfarm, just to enjoy the last slips with my skis, and the sunrise and sunset on the winter.

Enjoy August !

Cheers,

Anouk

Ps : And final thanks to Liz for the correction of my article, and to be the best roomie !


Snow is here !
My first day, alone, to discover ski tracks
The river, the Loop
Running training to Lake Wanaka
Tea time in Wanaka, Ida, Sophie et Jessie
Sophie was so pooped...
The famous tree of Lake Wanaka
Visit of Queenstown
Charlie's Angels, Andy, Ida, Jessie and Liz
Hanging Valley, with Liz
Shadow and light, Photo Simi hamilton
With Ida, my french translator, photo : I don't remember
Jessie and Sophie, photo : I don't remember
A great team,  me, Liz, Jessie, Ida, Sophie, photo : I don't remember
Salomon in New Zeland! Photo : Simi Hamilton  
Last days on Snowfarm, photo : Noah Hoffman

mardi 7 juillet 2015

Migration

Comme un oiseau migrateur, au rythme des saisons, je me suis envolée dimanche dernier vers un autre hémisphère. Je n'ai pas migré (via Dubaï et Sydney) pour suivre le chaud et prolonger l'été (le soleil étant bien assez brulant chez nous), mais pour chercher la neige et retrouver les joies du ski et de la glisse.


Avec ma housse de skis, me voici donc arrivée au pays de Kiwis pour trois semaines de stage avec l'équipe américaine de ski de fond. J'ai atterri ce matin à Queenstown, en Nouvelle-Zélande, au sud-ouest de l'Île du Sud.


Je suis curieuse et impatiente de cette expérience aux antipodes, dans un lieu inédit et avec de nouvelles camarades d'entrainement. Laissez moi quelques jours pour me remettre du décalage horaire et du changement de températures, et je vous en raconterai un peu plus sur l'hiver austral et mon immersion in the american cross country ski team.

A très vite

Anouk

dimanche 5 juillet 2015

A l'école de Fontainebleau


Je viens d’effectuer un stage loin des montagnes, au flambant neuf Citésports, de Fontainebleau, du Centre National des Sports de la Défense (CNSD). L’ancien nom de ce site d’exception – l’Ecole Interarmée des Sports, et ses célèbres Bataillon de Joinville – vous dira peut être quelques chose, car c’est ici que se sont écrites quelques-unes des plus belles pages du sport tricolore.

Pour une semaine, nous étions donc réunis, l’équipe de France féminine de ski de fond au complet, avec Alex Rousselet, Coraline et moi même. Car oui, vous avez bien lu : ça y est, c’est officiel, nous avons un nouveau coach pour l’équipe de France féminine pour la prochaine saison en la personne d'Alex. L’Armée nous aide beaucoup, elle nous donne un statut, un salaire et, avec Alex, nous apporte un entraineur au sein de la Fédération pour la prochaine saison.


Avec Alex Rousselet, notre nouvel entraineur
Nous avons profité des installations de cette nouvelle cité sportive pour faire de la musculation, de l’escalade en salle, de la course à pied entre les blocs légendaires de la forêt de Fontainebleau. Et, surtout, bénéficié de la fraicheur de la piscine pendant les trois journées de canicule.

A très bientôt pour vous en dire plus sur la suite de ma préparation estivale qui, cette année, se poursuivra sur un terrain totalement inédit.

Anouk